Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PUTEAUX-HORIZON-2020 de Gérald Lambilliotte Blog Citoyen
  • PUTEAUX-HORIZON-2020 de Gérald Lambilliotte Blog Citoyen
  • : Un habitant de Puteaux, Promouvoir la gestion de la ville de Puteaux par l'équipe municipale dirigée par Joëlle CECCALDI-RAYNAUD. Le WebMaster et ami: Philippe Coudeyrat
  • Contact

Auteur - Contact- Blogs Amis

Gérald Lambilliotte 

Conseiller Economique et social
Ville de Puteaux
 

Elu UMP de la 6e circonscription
du Comité départemental

 

M'ECRIRE

 

Permanence
Rue Lucien Voilin

----------------------------

Les Blogs Amis

Joelle2 

Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Vincent Franchi

Recherche

L'heure et l'écrit



Les convictions d'un citoyen sur la ville de Puteaux.
Un regard, une vision et un soutien à la municipalité.


 
Vous souhaitez me faire
part de votre avis?

Pensées d'écrivain engagé

- Le premier effet de la pauvreté est de tuer la pensée ! On n’échappe pas à l’argent du simple fait d’être sans argent.
- La pensée guide les mots car le vocabulaire est la clef de la victoire. la
- La gauche est anti-fasciste elle n’est pas anti totalitaire. 
- En ces temps d’imposture la vérité est révolutionnaire !
George Orwell

Articles Récents

Contacts et Pubs

 

pradez27 over
René Pradez
Peintre de Puteaux
23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 23:41

Les petites phrases de la campagne

NOUVELOBS.COM | 23.12.2006 | 17:08

 

Voici, jour après jour, les petites phrases des hommes et des femmes politiques dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2007.

  

 

SAMEDI 23 DECEMBRE

 

Nicolas Sarkozy, Ministre de l'intérieur et probable candidat UMP à la présidentielle, à propos du nralliement de Jean-Pierre Raffarin : "C'est beaucoup plus qu'un ralliement. C'est autre chose, c'est une symbiose". (Déclaration)

 

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF et candidate à la présidentielle : "Dès le 4 janvier, je quitterai mes responsabilités de secrétaire nationale du Parti communiste pour mettre ma candidature vraiment à la disposition de tous les hommes et les femmes qui veulent une gauche antilibérale, une gauche qui tienne ses promesses, en allant vraiment faire les réformes nécessaires. La porte est toujours ouverte, et tous mes actes seront des actes qui visent à ce rassemblement". (TF1)

 

Hervé de Charette, député, à propos de la possible candidature de Jean-Pierre Raffarin au poste de  président de l'UMP : "Cette déclaration de candidature est inopportune, inactuelle, et, pour tout dire, plutôt indécente" (Le Parisien)

 

Jean-Marie Lepen, président du Front Natonal et candidat à la présidentielle : "La bataille schizophrénique que mène M. Sarkozy contre lui-même, contre son propre parti et contre sa propre culture, renforce au contraire la crédibilité de mes arguments. Car enfin, tout ce que dit Monsieur Sarkozy, je l'ai dit avant lui"
(Télégramme)

 

VENDREDI 22 DECEMBRE


Bernard Kouchner, ancien ministre de la Santé, interrogé sur une éventuelle collaboration avec Nicolas Sarkozy : "S'il y a un gouvernement d'union nationale, dépassant les clivages habituels, s'il y a une vraie 'équipe de France', oui".

(Entretien au Parisien)


Bernard Kouchner, le programme du PS "contient de bonnes idées et beaucoup d’archaïsmes. La France mérite mieux que ce consensus mou".

(Entretien au Parisien) 

 

Thierry Breton, ministre de l'Economie : "Ca fait un petit moment que je dis que Nicolas Sarkozy est mon candidat et que je compte m'impliquer (...) fortement pour que notre camp et que notre candidat gagnent"

(France Info)


JEUDI 21 DECEMBRE

Roland Castro, candidat à la présidentielle pour le Mouvement de l'utopie concrète (MUC) : "Cher Père Noël, Serais-tu démocrate? Aurais-tu envie de projet, Voudrais-tu embellir ce pays? Alors ramène-moi dans ta hotte 500 signatures de notables, Je m'occupe de tout le reste". (Lettre au Père Noël)

 

Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l'Assemblée nationale: "Il faut arrêter de taper sur Ségolène Royal comme le fait Marie-George Buffet." "Les communistes sont-ils avec l'extrême gauche ou avec les socialistes ?" (Europe-1)

Patrick Devedjian, conseiller de Nicolas Sarkozy à l'UMP : "Dans la campagne électorale, lancer des réformes, ce n'est pas le bon moment". (Canal+)

Philippe Douste-Blazy, ministre des Affaires étrangères : "Il faut entrer dès aujourd'hui dans la campagne, démontrer notre capacité de rassemblement autour de Sarkozy, pour battre la gauche et Ségolène Royal".

MERCREDI 20 DECEMBRE

Ségolène Royal, candidate PS : "Avec vous, je veux construire la France qui se bat et la France qui se relève!" (Débat participatif à Strasbourg)

Dominique Voynet, candidate des Verts : Ségolène Royal, "présumée extrêmement compétente" à propos de l'environnement, n'a été ministre de l'Environnement que "pendant 10 mois, il y a 15 ans". (Public Sénat)

Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale: "Sarkozy nous fait du Chirac, ce n'est jamais que le clone de Chirac" (Déclaration sur Canal+)

 



Arnaud Montebourg, député PS de Saône-et-Loire, à propos du déplacement de Nicolas Sarkozy aux Ardennes: "Nicolas Sarkozy a besoin de sortir de Neuilly-sur-Seine, le plus gros coffre-fort de France (...) Il contrôle tous les députés, il a les médias avec lui, le haut patronat, le Conseil constitutionnel. Il gouverne la France de fait, même s'il n'est pas chef du gouvernement, pour autant toute sa politique, il ne veut pas en assumer les conséquences (...) Et tout son discours est aux antipodes de ce qu'il fait chaque jour" (Déclaration sur i-télé)

 

 

Clémentine Autain, adjointe au maire de Paris (apparentée PC), sur la candidature de Marie-George Buffet à la présidentielle: "Ce serait une logique suicidaire et pour le Parti communiste, et pour notre rassemblement (...) Sa candidature aboutira à l'explosion des collectifs" (Interview au Parisien/Aujourd'hui en France)

 

MARDI 19 DECEMBRE

 

François Bayrou, candidat UDF: "Le ministre de l'Intérieur est responsable de la rue et j'ai pas vu, depuis cinq ans, que des choses aient été faites" (Déclaration à Bron)

Dominique de Villepin (UMP), à une femme enceinte inquiète pour la garde de son futur enfant et qui lui demandait "Dans un an je fais comment ? Je vous l'amène?": Réponse du Premier ministre : "Moi je serai assez peu occupé dans un an, donc croyez-moi, c'est très volontiers." (Déclaration à Rungis)


Brice Hortefeux, ministre délégué chargé des Collectivités territoriales: "D'ici au 14 janvier, Nicolas Sarkozy sera relativement discret".

Nicolas Dupont-Aignan, député UMP, candidat à la présidentielle, sur la réforme de l'impôt sur le revenu: "Cela ne peut pas se faire en quatre mois par un gouvernement sur le départ." (Canal+)

LUNDI 18 DECEMBRE

François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste : "Je ne vois pas comment (Nicolas Hulot) pourrait être candidat dès lors que tous les candidats ont signé son pacte écologique". (LCI)

DIMANCHE 17 DECEMBRE

Dominique Strauss-Kahn, ex-candidat à la primaire socialiste: "Les idées de la social-démocratie sont essentielles pour la victoire. C'est en les affirmant que nous aiderons la gauche à gagner la présidentielle et ensuite à réussir" (Communiqué)

François Hollande, premier secrétaire du PS: "Dès lors que 25% des Français dans des sondages disent qu'ils n'excluent pas de voter Jean-Marie Le Pen, cela peut vouloir dire qu'effectivement il peut réaliser un score tout proche de 2002, voire davantage." (Radio J)

Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP: "Si Nicolas Sarkozy est candidat (de l'UMP), il faut que le sarkozysme soit élargi avec toutes les sensibilités car le candidat ne porte pas seulement son message mais celui du rassemblement qui l'aura choisi." (France Inter)

 


Cécile Duflot, nouvelle secrétaire nationale des Verts: "Personne ne peut remettre en cause la légitimité d'une candidature verte", il n'y aura "pas d'écologie sans nous" (Le Parisien dimanche)

 

Rachida Dati, conseillère de Nicolas Sarkozy en charge de la prévention de la délinquance: "je n'ai même pas ma carte à l'UMP!" (Le Parisien dimanche)

SAMEDI 16 DECEMBRE

 

Jean-Louis Borloo, ministre de la Cohésion sociale (UMP). "Je veux plus que jamais être l'avocat de la justice sociale de notre pays" (Congrès du Parti radical)


Ségolène Royal, à propos de l'émigration fiscale de Johnny Hallyday: "Quand on gagne beaucoup, beaucoup d'argent, on doit donner l'exemple. Il y a tellement de pauvres en France qu'on a besoin de solidarité (…) Il y a plein de gens qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts, la vie est chère, il y a des gens obligés d'emprunter pour finir les fins de mois... Peut-être que Johnny Hallyday va réfléchir et revenir en France et y payer ses impôts, c'est la solidarité nationale." (Déclaration à la presse)

Aurélie Filipetti, conseillère d'arrondissement à Paris, ex-Verts passé dans l'équipe de Ségolène Royal: "Les Verts ont un comportement immature. Numériquement, ils ne pèsent rien: sur 8000 adhérents, seuls 4900 ont voté lors du dernier congrès." (Le Parisien)


VENDREDI 15 DECEMBRE


Michèle Alliot-Marie: "Le président représente la France à l'étranger. A l'étranger, la France, c'est la Tour Eiffel et Jacques Chirac. Il est celui qui garantit qu'on n'aura jamais à dépendre de tel ou tel pour notre survie ou notre politique" (Débat UMP à Lyon)


MERCREDI 13 DECEMBRE

Marie-George Buffet (PCF), sur la division au sein des antilibéraux : "Je suis en colère parce que les espoirs levés par la gauche populaire sont freinés. On ne peut pas abîmer cela" (La Provence)

Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la République :
"Nul ne doit accomplir plus de deux mandats. Je pense, et l'Histoire le confirme, que les seconds mandats sont déjà difficiles"
(L'Express)

MARDI 12 DECEMBRE

Lionel Jospin (PS), sur Nicolas Sarkozy : "Quand il refuse d'assumer la responsabilité de ses actes, il est dans une attitude typiquement chiraquienne" (Paris)

Ségolène Royal, sur le Pacte écologique de Nicolas Hulot : "Ce pacte, je le signerai", même si "j'apporte des nuances" (Déclarations à la presse, Assemblée nationale)


Arlette Laguiller, candidate de Lutte ouvrière à la présidentielle: "Les idées de Jean-Pierre Chevènement, cela doit osciller entre trois circonscriptions gagnables et dix circonscriptions gagnables". (Canal +)


Dominique Perben, ministre des Transports : "Nicolas Sarkozy a la plus grande capacité de rassemblement dans notre camp. C'est la raison pour laquelle je pense que c'est à lui de porter nos couleurs".
"Il faut organiser le rassemblement autour de Nicolas Sarkozy". (RTL)


LUNDI 11 DECEMBRE

Faouzi Lamdaoui, secrétaire national du PS chargé de l'égalité et du partenariat: "La politique de l'immigration selon Nicolas Sarkozy, c'est la démagogie dans la parole, l'échec dans l'action". (Déclaration)

Maxime Gremetz, député communiste de la Somme: "Quel spectacle affligeant que ce soi-disant collectif antilibéral, le degré zéro de la politique, un ring où tous les combats sont permis pour être candidat à l'élection présidentielle." (Communiqué)

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF : "Les antilibéraux ont donné un choix majoritaire, il ne faut pas bloquer maintenant, il faut y aller!" (L'Humanité)

Dominique de Villepin, Premier ministre : "Qu'il y ait des débats pour la présidentielle, c'est une chose, que le chef du gouvernement soit les deux mains dans l'huile pour essayer de faire mieux marcher le moteur, ça me paraît normal." (France Inter)

François Hollande, Premier secrétaire du PS : "Est-ce que ce ralliement peut permettre la victoire? Je le crois même si cela ne pèse plus autant qu'en 2002. Les petits ruisseaux font les grandes rivières" (Déclarations)


DIMANCHE 10 DECEMBRE

Michel Barnier, ancien ministre des Affaires étrangères : "Sa passion peut parfois paraître comme de l'emportement mais Nicolas Sarkozy, c'est le bon choix". (Le Grand Rendez-Vous - Europe 1 - TV 5 Monde - Le Parisien - Aujourd'hui en France)


Arnaud Montebourg, porte-parole de Ségolène Royal : "Nicolas Sarkozy veut préparer la France à la potion amère des ultra-libéraux inspirée des pires années thatchériennes". (Déclarations)

François Bayrou, président de l'UDF : "Trois heures à Nicolas Sarkozy, sans contradicteur, en prime time, c'était limite". (Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro)

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, au sujet du premier forum de l'UMP : "Ca n'a pas été un match de catch mais ça a été quand même un débat d'idées"
(Europe 1)

Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du MRC : "C'est en toute conscience que j'avais pris ma décision de me porter candidat et c'est en toute conscience que j'ai décidé de retirer ma candidature au profit de Ségolène Royal"
(Convention nationale du parti)

Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense : "Les règles étaient difficiles à fixer. Elles ont été changées au dernier moment, celles que l'on m'avait indiqué la veille au soir ne sont pas celles qui ont été appliquées. J'aurais pu dire je m'en vais, ce n'est pas mon genre"
(Canal plus)

SAMEDI 9 DECEMBRE

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP au sujet de la rencontre de Ségolène Royal avec le Hezbollah : "Hitler a été élu, ça n'en a pas fait un interlocuteur respectable". (Forum de l'UMP)

Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense : "Je me réjouis de ces débats", pas pour "imiter" les socialistes, mais pour "tordre le cou à l'idée selon laquelle la droite serait caporaliste" (Forum de l'UMP)

Philippe de Villiers, candidat du MPF à l'élection présidentielle : "Je suis le seul candidat 100% anti-socialiste". (Congrès d'investiture)

VENDREDI 8 DECEMBRE

Dominique de Villepin, Premier ministre : "La rupture tranquille ? La rencontre d'une machine à coudre et d'un parapluie !"
(Marianne)

Françoise de Panafieu, maire du XVIIè à Paris: Ségolène Royal "a un peu de mal à serrer la main et à s'adresser aux gens qui n'ont pas la même opinion qu'elle. C'est sûrement une forme d'intolérance, une forme de mal à l'aise vis-à-vis des gens qui ne sont pas exactement dans sa ligne". Elle est "plutôt coutumière de l'affaire". (Canal+)


Jean-Pierre Raffarin: "Avec Alain Juppé et quelques autres, nous avons créé l'UMP pour le quart de siècle à venir. Nous sommes très attachés au développement durable de notre famille politique et nous ne permettrons pas qu'on la fragilise ou qu'on la contourne." (Le Figaro.fr)


Patrice Anderouard, directeur de la communication de Kärcher France: "L'association de notre nom avec une question politique polémique et négative nous porte préjudice. La presse tend à utiliser notre marque dans un contexte qui porte fortement atteinte à notre image. Nous comptons sur vous pour vous inscrire en rupture de cette mouvance" (Lettre aux patrons de presse citée dans Challenges du 7 décembre)


JEUDI 7 DECEMBRE

Olivier Besancenot, candidat de la LCR, à propos des 500 parrainages: "Le PS, en son temps, avait voté contre cet outil antidémocratique, ce serait bien qu'il ne l'utilise pas pour des raisons politiciennes". (France-2)


Dominique Voynet, candidate des Verts à l'élection présidentielle: Si "le président de l'UMP se pique d'écologie", "qu'il passe aux actes, il y a du travail" (Communiqué)

Ségolène Royal, candidate PS à la présidentielle: "Ce n'est plus à M. Trichet de décider de l'avenir de nos économies, c'est aux dirigeants démocratiquement élus." (Congrès du Parti socialiste européen)

Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, candidat à la présidentielle : "Le développement durable et la défense de l'environnement sont des questions si fondamentales qu'elles ne peuvent être la propriété d'un seul parti politique, fût-il de couleur verte." (Déclaration)

Arnaud Montebourg, porte-parole de Ségolène Royal: "Il faut que nous soyons le plus haut possible pour éviter l'élimination. Les scores de François Mitterrand, entre 24% et 30% au premier tour, ont été la clé de la référence positive". ("Questions d'info" LCP/Le Monde/France Info).

François Goulard, ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche (UMP, villepiniste), sur le slogan de Nicolas Sarkozy, "la rupture tranquille": "La rupture, par définition, ce n'est pas tranquille. C'est un peu comme la cassure sans heurt ou le choc mou." Nicolas Sarkozy "commet une erreur parce qu'il divise en réalité notre camp". Il devrait plutôt "assumer ce qui a été fait" depuis 2002. (LCI)

Dominique Perben, ministre des Transports : "Sur le terrain, ça bouge: les Français sont déjà dans la campagne. (...) Voilà pourquoi Nicolas Sarkozy doit, à mon sens, accélérer. En étoffant son équipe, en montrant davantage encore qu'il est le fédérateur de toute notre famille" (Le Parisien/Aujourd'hui en France)

Dominique Bussereau, ministre de l'Agriculture : "Michèle Alliot-Marie, qui a été présidente du RPR, qui est une des ministres de premier plan, a toutes les qualités pour être candidate. Si elle l'était, cela mettrait un peu plus de vie dans l'UMP". (Canal+)


MERCREDI 6 DECEMBRE


Patrick Devedjian, conseiller de Nicolas Sarkozy à l'UMP, sur le refus de la candidate socialiste de laisser l'Iran accéder au nucléaire civil: "Ségolène Royal a érigé en principe politique ce qui était simplement un dérapage dans le cadre des primaires socialistes". "Maintenant elle l'assume, elle en fait une règle." (LCI)

MARDI 5 DECEMBRE


Philippe Douste-Blazy, ministre des Affaires étrangères (UMP): "Remettre en cause le droit de l'Iran à obtenir l'énergie nucléaire civile, je dis bien civile, comme vient de le proposer Mme Royal, c'est en réalité remettre en cause le Traité de non prolifération qui a été signé par la quasi totalité des pays du monde." (Point de presse)

Clémentine Autain, adjointe (apparentée PCF) au maire de Paris, candidate à l'investiture du rassemblement antilibéral: "Pour sceller un accord et mener une campagne tous ensemble, c'est pas perdu, mais c'est pas gagné." (déclaration)

Gilles de Robien, ministre de l'Education (UDF), sur les propositions des candidats pour l'enseignement: "Certains ont donc peut-être besoin de cours de rattrapage, le ministère est à leur disposition pour un soutien individualisé". (Déclaration)

Nicolas Sarkozy, candidat UMP: "Je veux un président responsable… Les nominations ne peuvent être le fait du prince. Prenons l’exemple d’EDF. La nomination de son président doit être ratifiée par une majorité qualifiée, intégrant l’opposition." (Extrait de l'interview dans la presse régionale, avant amendement - nouvelobs.com)

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, mouvement associé à l'UMP: "Je ne participerai pas aux primaires (...) Ce sont de fausses primaires. (…) "Pendant quatre ans, il n'y a pas eu de démocratie" à l'UMP. "Et entre Noël et le Nouvel an, Nicolas Sarkozy cherche figurants pour assister à son sacre." (France 2)

 

 

- Les petites phrases de la campagne du lundi 13 novembre au dimanche 3 décembre

 Jean-Marie Le Pen, Président du Front National :  "La bataille schizophrénique que mène M. Sarkozy contre lui-même, contre son propre parti et contre sa propre culture, renforce au contraire la crédibilité de mes arguments. Car enfin, tout ce que dit Monsieur Sarkozy, je l’ai dit avant lui"

 

Repost 0