Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PUTEAUX-HORIZON-2020 de Gérald Lambilliotte Blog Citoyen
  • PUTEAUX-HORIZON-2020 de Gérald Lambilliotte Blog Citoyen
  • : Un habitant de Puteaux, Promouvoir la gestion de la ville de Puteaux par l'équipe municipale dirigée par Joëlle CECCALDI-RAYNAUD. Le WebMaster et ami: Philippe Coudeyrat
  • Contact

Auteur - Contact- Blogs Amis

Gérald Lambilliotte 

Conseiller Economique et social
Ville de Puteaux
 

Elu UMP de la 6e circonscription
du Comité départemental

 

M'ECRIRE

 

Permanence
Rue Lucien Voilin

----------------------------

Les Blogs Amis

Joelle2 

Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Vincent Franchi

Recherche

L'heure et l'écrit



Les convictions d'un citoyen sur la ville de Puteaux.
Un regard, une vision et un soutien à la municipalité.


 
Vous souhaitez me faire
part de votre avis?

Pensées d'écrivain engagé

- Le premier effet de la pauvreté est de tuer la pensée ! On n’échappe pas à l’argent du simple fait d’être sans argent.
- La pensée guide les mots car le vocabulaire est la clef de la victoire. la
- La gauche est anti-fasciste elle n’est pas anti totalitaire. 
- En ces temps d’imposture la vérité est révolutionnaire !
George Orwell

Articles Récents

Contacts et Pubs

 

pradez27 over
René Pradez
Peintre de Puteaux
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 16:15
Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans Politique Nationale
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 18:04

Puteauxhorizon2014/2020 : The Queen, une femme d'exception, une femme qui a fait ses preuves durant la deuxième guerre mondiale, une femme intelligente, subtile au dessus des partis politiques mais qui sait tout en finesse sans l'imposer faire passer des messages au peuple britannique, récemment sur un sujet majeur rester ou sortir de l'Europe , sa majesté a fait en sorte de transmettre son positionnement, un couple mythique avec son époux qui a 95 ans,

Bon anniversaire votre Majesté, que Dieu puisse vous préserver encore longtemps ;

Gérald LAMBILLIOTTE

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans Politique Internationale
commenter cet article
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 08:32

PuteauxHorizon2014/2020 :

Valérie Pecresse depuis son élection devient Madame Propre, Madame Transparence et fait un chasse draconienne aux gaspillages, je suis très heureux d'avoir fait sa campagne dès le premier jour, efficacité, transparence, crédibilité , c'est en agissant de la sorte que "les politiques" retrouveront grâce auprès des citoyens.

Gérald Lambilliotte

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans politique sociale
commenter cet article
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 09:01

Merci, Monsieur Jean d'Ormesson

Puteauxhorizon2014/2020 :

La déchéance , l'épée de Damoclès sur la tête des terroristes? chimère socialiste, utopie, irréalisme politique, la France est malade et malheureusement il n'y a que de mauvais médecins au gouvernement et "le Patron " a été nommé par le Conseil de l'Ordre Socialiste par défaut.

j

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans Politique Nationale
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 13:08
les signataires de la charte

les signataires de la charte

PuteauxHorizon2014/2020

Nous étions à la signature de cette charte, un projet ambitieux pour l"amélioration de l'administration de l'Office d'HLM de notre Ville avec la Direction des Finances Publiques ,/ signalons que notre Ville a sur son sol 29.70% de logements sociaux, il est à signaler la volonté de Madame le Maire et de son équipe pour faire toujours plus dans ce domaine , en effet, 20% de logements sociaux seront crées lors de l'édification de l'éco quartier des Bergères.

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans Politique Locale
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 09:02

Puteauxhorizon2014/2020 :

Les Forces de l'Ordre savent identifier, cibler "cette racaille" qui sont venus non pour manifester mais pour casser , provoquer, en découdre avec l'Ordre, profiter également de "ces actes de violence et de destruction" pour voler, piller ces malheureux commerces dits de "proximité " , pour quelles raisons "cette racaille n'est pas appréhendée en amont au lieu de laisser faire "ces dérives" qui sèment tristesse,désolation, et un sentiment de colère et d'indignation car, force est de constater que ces actes la plupart du temps se font en toute impunité;

A quand un gouvernement responsable ? A quand "les politiques" ne se voilerons plus la face ? A quand une véritable "justice" qui est jusqu'à ce jour plutôt en faveur des agresseurs que des victimes?

Gérald Lambilliotte

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans Protection-Sécurité
commenter cet article
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 10:38

Les faces cachées de l'Histoire.

Au fur à mesure du temps, on retrouve des documents qui nous donnent aujourd'hui un éclairage sur les évènements du passé, passionnant.

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans politique culturelle
commenter cet article
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 21:04
Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans Politique Nationale p
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 11:03

Puteauxhorizon2014/2020 : Cette bienpensance me fait vomir qu'elle vienne de droite ou de gauche, prêts à tout pour essayer de faire venir à eux les électeurs et électrices français de confession musulmane, Alain Juppé qui caracole en tête des sondages pour les primaires en voulant établir une convention avec les musulmans, je ne cesserai de le répéter, cette promesse est d'autant plus absurde, négative qu'elle est discriminatoire, elle creuserait encore davantage les inégalités , attiserai la haine et le racisme.. Comment peut-on envisager sérieusement d'établir une convention de "mieux vivre ensemble" entre français, foutaise, duperie purement électoraliste.

D'autre part, Bruno le maire se distingue également en voulant ratisser chez les français de confession musulmane en acceptant que les femmes françaises Hôtesses de l'air se voilent en descendant de l'avion sur les terres iraniennes;

Nous n'avons pas à accepter leurs coutumes, leurs traditions et encore moins leur dictat religieux.

Assez de soumission, de repentance, de génuflexions diverses , d'humiliation, soyons fier d'être ce que nous sommes, de notre pays, de nos libertés, de notre drapeau, nous avons un devoir de respecter le pays d'accueil certes mais sans pour cela s'identifier à lui , soyons nous mêmes et serons davantage craints et respectés, ne soyons pas des lâches sous prétexte d'obtenir le contrat commercial du siècle ou de quelques voix grainées ici et là qui seraient nauséabondes et feraient beaucoup de mal à notre famille politique qui est au bord de l'implosion du fait de la multiplication des candidats , cela ne fait pas sérieux, cela va à l'encontre du but recherché , l'Union aux côtés de celui ou celle qui apparaîtra le plus fédérateur pour défendre un programme qui doit impérativement répondre aux attentes et exigences du peuple de France.

*Gérald LAMBILLIOTTE

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans Politique Internationale
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 07:35
1  Sépulture au cimetière du Père Lachaise - 2    Autour de lui. Avec lui - 3 René Pradez, Liège1  Sépulture au cimetière du Père Lachaise - 2    Autour de lui. Avec lui - 3 René Pradez, Liège
1  Sépulture au cimetière du Père Lachaise - 2    Autour de lui. Avec lui - 3 René Pradez, Liège

1 Sépulture au cimetière du Père Lachaise - 2 Autour de lui. Avec lui - 3 René Pradez, Liège

4  Camille Renault -                       5 Période des Longs Cous                       4  Camille Renault -                       5 Période des Longs Cous

4 Camille Renault - 5 Période des Longs Cous

6  La Femme aux bras levés - 7  Nu, La Réponse de la Sphynge - 8  Figures, série Les Grandes Têtes  6  La Femme aux bras levés - 7  Nu, La Réponse de la Sphynge - 8  Figures, série Les Grandes Têtes
6  La Femme aux bras levés - 7  Nu, La Réponse de la Sphynge - 8  Figures, série Les Grandes Têtes

6 La Femme aux bras levés - 7 Nu, La Réponse de la Sphynge - 8 Figures, série Les Grandes Têtes

Je me souviens… Il faut se souvenir pour que les générations à venir, pour que les historiens de l’Histoire de l’Art de demain, voire des siècles à venir, confrontés au silence fait sur ce peintre et son œuvre par ses contemporains ; sidérés par les conditions de traitement de la sauvegarde de ses toiles et la diffusion de sa création, trouvent malgré tout les moyens de réhabiliter cet homme. Le placer à sa juste place, celle d’un des plus grands peintres de sa génération, rattaché au groupe de Puteaux, par son lien pictural et amical avec Camille Renault. Son nom ? René Pradez.

Je me souviens… 1963, le cortège funéraire de Jacques Villon passant devant La Mairie de Puteaux, suivi par un long cortège d’habitants qui, après 50 ans d’ignorance, dans les dernières années de sa vie, avaient découvert qu’ils avaient parmi eux un être d’exception, discret et raffiné qui avait poursuivi son œuvre, sans mendicité d‘honneur.

3 avril 2013, René Pradez quitte la ville de Rueil-Malmaison où il est mort aussi discrètement, sans tapage ni revendication. Quelques amis étaient là. Les Putéoliens ne savaient pas qui ils perdaient en dehors de quelques personnes. Il est fort possible que ce Maître de la Peinture devra attendre lui aussi une cinquantaine d’années pour que son œuvre et son nom ne réémergent. Les erreurs se renouvellent comme si les enseignements ne pouvaient se tirer. Sauf à supposer un sursaut de conscience concernant ce patrimoine qui a déjà été abîmé par des dégâts des eaux et un redoutable excès d’humidité dans un local inadapté.

Je me souviens, en ce début d’avril, ce cercueil de chêne. Le Peintre a cessé de se défaire, écrasé de fatigue depuis deux ans, avalé, dépecé par l’effroyable maladie de Parkinson, qui ne l’a pas empêché pourtant, jusqu’aux trois derniers mois de son existence, de dessiner encore. Une longue série de Têtes tourmentées dont on ne sait si elles annoncent les monstres du fanatisme à venir ou les pulsions sombres de l’homme qui ruinent toujours la paix, l’harmonie des rapports fraternels, ou lui dans son calvaire. Peut-être tout à la fois.

Cimetière du Père Lachaise. Un mercredi superbe. Une fin de matinée. René Pradez, accompagné de la musique de Miles Davis, sous un ciel d’azur de splendide limpidité, rejoignait ses illustres prédécesseurs et ancêtres, son grand-père, le Docteur Joseph Fège, Maître Massothérapeute, médecin personnel du sculpteur Émile Bourdelle, contemporain de Rodin, dans cette sépulture familiale de 1880 d’Auguste Desruaulx, orientée sud-ouest, tournée vers Paris. Nid de verdure de cette 54E Division où reposent, à côté de lui, tant de personnalités d’exception, de Marie d’Avoult au Duc de Morny, au Précepteur Réaume chargé de l’Éducation d’enfant de roi, de Dumas , Record le médecin de la syphilis, de tant d’autres, ses voisins, proches d’Eugène Delacroix, Balzac et Nodier. Bientôt, à la 52E Division, à quelques rangs, les victimes des Attentats de Paris et bon nombre de ceux qui, par leur travail et leur esprit, comme lui, ont contribué à la construction des savoirs du monde.

Il emportait avec lui le secret de son art. Un immense artiste qui depuis 50 ans s'était installé à Puteaux, 50 ans de travail acharné. Une longue patience, une marche déterminée. Celle du para-commando qu’il était, portant barda et marchant droit, franchissant les obstacles sans mollir, refusant plaintes et pleurs, jérémiades et cheveux « à ne jamais couper en quatre pendant la bataille » disait-il souvent.

Je me souviens. Il revenait sans cesse sur ses toiles, recherchant le moment où elles-mêmes, dans leur inachèvement, lui donnent le signe de leur achèvement. Prendre, reprendre, biffer, alléger, composer, construire. Travail d’orfèvre à la pointe des pinceaux de martre qui offrent la souplesse attendue. Grands aplats nourris de lumières puisées dans les milliers d’heures à contempler la nature, à en déchiffrer les secrets de lumières, face à L’Amérique, sur les pointes les plus avancées du Château de Dinan, à la Pointe extrême du Finistère. Sculpteur, musicien dans l’âme, piètre bricoleur mais immense artisan, je sais qu’il s'est donné corps et âme jusqu'à épuisement, travaillant dans des conditions extrêmes dans son Atelier 51 rue Pasteur, sans eau, sans lumière sinon naturelle. Étuve l'été, glacière l'hiver. L’on m’a raconté que ses nuits étaient peuplées de cauchemars 30 ans avant la destruction du 18 novembre 2015 de son Atelier, où il voyait les grues arrivées et les terres éventrées, son lieu mis en lambeaux, néantisé. Il ne bougeait pas car il fallait que du temps lui soit tout de même accordé pour mener au plus loin ce qu’il avait à faire, ce pour quoi il se disait seulement le médium, ne se nommant jamais artiste, terme pour lui outrageusement galvaudé. Pas même inscrit comme tel pour quelques allocations. Jamais encarté, riant de ceux qui s'auto-proclamaient ainsi plus portés par une ambition que par une Maîtrise réelle de la Peinture et du Dessin. La Maîtrise ? Vraiment une autre histoire. La consécration de sa vie, avec un je-ne-sais-quoi d'ineffable. C’est ainsi que si l’on met en perspective ses œuvres, celles de Villon, de Léger, de Kupka, et de ceux qu’on dit former le Groupe de Puteaux, l’on voit que sa propre création n’a rien d’inférieur, loin s’en faut. Le dessin chez lui prolonge une géométrie des plus complexes Ses huiles explorent le Visage en allant au plus loin des subtilités de la couleur, avec des attaques de notes d’une rare nuance. Les séries se déploient dans des rayonnements où le pastel, apportant sa douceur, devient Lumières. Le trait n'est ni lourd, ni mou mais incisif et précis, par la légèreté de la main et du geste, l'acuité de l’œil et du regard. Mettre en miroir les tableaux, dessins ou lithographies de Villon, de Metzinger, de Reynold Arnould, de Chevolleau, Bierge et les autres, et l’œuvre de René Pradez, c'est s'offrir une polyphonie de grand luxe.

Je me souviens. Chez ma mère Léone, c’était un festival de paroles avec lui, l’art et les œuvres étaient mis en histoire. Les Chefs d’œuvre expliqués, décortiqués, les esthétiques livrées, les impostures dénoncées, les convictions affirmées avec une force de centaure. Rires, vins, mots d’esprit, taquineries. L’enfant rebelle et taquin avait grandi mais dans les yeux et la voix la même subversion ludique inondée de bonté, soutenue par cette aristocratie de l’esprit qui était la sienne. Il n’empêche que l’homme était d’une profondeur d’exception.

Rien n’a empêché, qu’en solo, il ne porte son œuvre, vent debout. Car son œuvre s’est bien faite seule, en dehors de toute École, en réalité. En rien son esprit ni les possibilités offertes par le temps ni les écarts de générations. René Pradez, venant, de Liège, à 30 ans était déjà un peintre accompli et un homme déjà enrichi de maintes expériences fortes, de tout ordre dont artistiques. Pareil aux plus grands alpinistes, il traçait sa voie, sans garde-fous et constituait, dans le silence de son Atelier, les marques d’une nouvelle avant-garde.

1965, les Hommes-Oiseaux, rapaces prémonitoires des prédateurs d’aujourd’hui que le monde engendre pour d'immenses désarrois individuels et collectifs. Figures du Mal en soi, de cette énergie négative qu’il est possible d’inverser vers les valeurs fraternelles si l’on sollicite sa conscience et sa volonté. Ni message, ni image, ni manifeste, ni militantisme. Seulement l’exploration des formes et des structures qui disent la complexité de l’Humain. René Pradez est Peintre et son exploration passe par les moyens de la Peinture qui n’est pas littérature. Mais matière spiritualisée qui porte le Sens.

1970, en parallèle à des nus très sensuels, Karine K. notamment, à des portraits de ses amis, Le Résistant Louis Berty, libérateur de la Mairie de Neuilly-sur-Seine, de Camille Renault, de Frédéric Lair et de tant d’autres, il entre dans sa recherche qui donne naissance à son ensemble des Figures, appelé encore Série Les Grandes Têtes. Recherche de la structure absolue, structures rayonnantes où se pose la question du point-limite entre l’apparaître de l’homme et son disparaître. Le hiératisme des personnages n’a rien de jugeant, de moralisateur, de dogmatique ou d’autocratique. Il s’agit pour le peintre de savoir jusqu’où peuvent se pousser les formes s’harmonisant entre elles à partir d’une géométrie secrète… Le mystère du nombre d’or. Monet avait révolutionné la Peinture autour du Paysage, le cubisme nourri du primitivisme africain des plus nobles, des plus inventifs, avait modifié les points de vue pour regarder l’objet. René Pradez, après la découverte des camps de la mort et l’effondrement des représentations classiques du Visage, repose la question plastiquement. Et y répond avec éclat par sa puissance de Peintre jusqu’au terme de sa vie.

Je me souviens. Un Atelier rempli d’œuvres, un ordre et une sérénité dans ce lieu, Un Atelier Magique comme dit L’Organiste, Interprète et Compositeur, Musicologue et haut Technicien, Maître Jean Guillou en y entrant, ému et sidéré par ces Regards et ces Présences.

Je sais par la biographie que j’apprends par bribes, immense, que René Pradez est un homme déclassé. Descendant de réfugiés du Languedoc, de William Cockerill, de Suisses du Canton de Vaud, lettrés, peintres, théologiens, épiciers et commerçants s'en allant vers le Brésil, défenseurs de l'abolition de l'esclavage sous le règne de Pedro III, de Liégeois, de Normands et de Parisiens illustres, il taisait ses héritages. Pour avancer, ne pas s'alourdir, ouvert à la modernité dont il était enceint. Comme Rembrandt parti dans le ghetto juif, renonçant à la mondanité et les commandes plus faciles pour y faire son œuvre la plus profonde, la plus révolutionnaire, il a quitté fortune, milieu culturellement très privilégié mais tourné vers les siècle précédents, pour affronter sa propre Aventure. En accord avec les hommes d’aujourd’hui et les générations qui vont avoir à lutter pour sauvegarder leur humanité et leur patrimoine, René Pradez, parmi ses pairs, pose la question du Sens et du Choix que chacun est appelé à rencontrer. Le Visage de l’Autre fonde en droit ma Liberté, ma Vérité.

Je me souviens. J’espère que d’autres se souviendront aussi, surtout s’ils ont dans leurs moyens la possibilité, responsables, de ne pas détruire cette œuvre par incompétences ou négligences, mais de la protéger et la faire connaître comme patrimoine universel pour lequel ils ont aussi une part de responsabilité. Partant, une part de leur rayonnement, voire de leur gloire par leur action, leur clairvoyance et leur nom laissés.

Gérald Lambilliotte

Photographies : remerciements à Karel Steiner (2) et Marie-José Pradez

9 Figures, Face-à-Face, série Les Grandes Têtes - 10 A Phidias -             11        La Femme et l'Enfant9 Figures, Face-à-Face, série Les Grandes Têtes - 10 A Phidias -             11        La Femme et l'Enfant
9 Figures, Face-à-Face, série Les Grandes Têtes - 10 A Phidias -             11        La Femme et l'Enfant

9 Figures, Face-à-Face, série Les Grandes Têtes - 10 A Phidias - 11 La Femme et l'Enfant

Repost 0
Published by LAMBILLIOTTE - dans politique culturelle
commenter cet article